La Carrière du Chat à l’arrière train dodu

Aux confins nous sommes allés la chercher celle la !

En fait on l’a brièvement visitée il a y quelques années lors d’un road-Carrieres tres chargé mais on avait été tres vite.

On avait remarqué qu’elle a deux niveaux, le mystère était complet !

Là on a fait le tour de la question:

Pas loin les chasseurs tirent, mega bonne ambience…

bref deja, lors de la première visite on était passé par dessus pour ceux qui peuvent et par dessous une grille en creusant…

Cette fois on va faire le tour du dessus: paf une grille qui ferme l’entree posée par nos amis du CEN Picardie (d’ailleurs pour info un des verrous est bloqué par la rouille)

finalement on fait le tour et on rentre grace à: l’erosion 😉 c’est un étage tres proche de la surface il a des cheminée terreuses partout et meme des énormes avec des racines, ce sont des quartiers anciens bien antérieurs à 1900, c’est tout extrait au pic, sur une sacré surface (on a encore rien vu) et tres tres labyrinthique, on fini par trouver le broyeur a craon qui laissait tomber la poudre dans un trou tres profond, d’ou le mystère de la communication avec t’étage inférieur.

passons justement a l’étage inférieur: depuis la dernière fois une grille a été défoncée… ca facilite l’entrée 😉

c’est beaucoup plus grand mais ordonné de manière plus logique. et tout au bout du roulage mais vraiment de l’autre coté de la colline , on trouve la ou tombait le craon !

on est donc dans une champignonnière assez artisanale, qui a fermée ses portes dans les années 2000, t’étage servait a fabriquer du craon avec les remblais de la carrière balancées dans un broyeur électrique de… 40 chevaux ! un tracteur avec une pelle devait être utilise pour decaisser le craon, il y en a encore beaucoup en reserve !

le remblai broyé il tombait lui a l’etage inférieur: dans une zone completeemnt hermetique jusqu’au ciel (on imagine quand le croan devait tomber ca devait être un beau bazar), la zone craon est juste close par une porte, toutes les autres galeries sont obstruées

le reste est une grande champignonnière (toujours au depart une carrière extraite au pic) avec: des frigos, un chauffage au Fioul, deux chambres de stérilisation des ateliers et un système de regulation du chauffage tout électronique qui avait l’air ultra moderne pour l’époque.

En sortant on découvre qu’en fait la grille n’est pas fermée 😉

encore une belle et atypique carrière et champignonnière avec des aménagements uniques en son genre mais encore une fois totalement oubliée.

On a une pensée au patron de la champignonniere qui avant pris la suite de son pere, deux generations a faire des petits champignons dans le noir au milieu de la foret…

on descends ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

RSS
Follow by Email
Instagram