Les Ocres

LES OCRES

Il existe, en France plusieurs gisements d’ocre.

L’ocre est un sable composé d’argile, d’hydroxide ferreux et de sable (quartz).

Son extraction se fait en galeries souterraines (ce qui va nous intresser ici, ou à ciel ouvert, une fois “miné” il faut laver le sable afin d’en retirer le sable, ce que l’on cherche à obtenir ici c’est la poudre colorante.

les hydroxides de fers sont de trois variantes majeures, orange, brun et jaune. d’autres teintes peuvent se trouver ou peuvent etres obtenues par chauffage.

Nous allons nous intéresser au gisment le plus connu: celui du sud

Nous avons déjà visités la dernière extraction d’ocre en puisaye:

carriere d’ocre

Cette fois dans le Sud il y a beaucoup de carrières, même énormément !

On ne sais pas ou aller pour deux raisons: il ya trop d’entrées, et il y a beaucoup de maisons partout… mais on fini toujours par trouver ! même si desfois on termine dans le jardin d’une villa 😉

Surtout que vous pouvez dépenser des euros pour le sentier des ocres à Rousillon, mais bon quand c’est gratuit, naturel et preserve, y’a photo !

Petite entorse a cette idée, on a visité la Mine de Bruoux, c’est payant mais c’est grandoise, ca vaut la visite !

On y apprends beaucoup de choses:

Dans les extractions d’ocre de la région on extrait par galeries, hautes et avec une voute au ciel.

Les mineurs sont deux sur le front: un gaucher un droitier, car on creuse d’abord les cotés et la voute, pour ensuite extraire sans ménagement le centre de la galerie.

Le travail se fait à la pioche et a la pelle, les pioches s’usent vitent le sable est tres abrasif: les carriers usent en moyenne 6 pioches par jour !

Les volumes extraits en souterrain sont colossaux, on s’en rends compte en visitant le mine de bruoux ou un plan partiel est affiché. Presuq e chauque coline est parcé de part en part, et les galeries peuvent allegerement depasser les 10 mètres de hauteur.

Le surcreusement etait aussi frequent, toujours au bruoux, les carriers pompaint l’eau pour descendre sous la nappe phréatique et beaucoup d’extractions se faisaient sous ce niveau.

Nous y sommes allés en été en pleine canicule ce qui est vriaament pas la bonne idée, la recherche d’entrées est tres penible, et le choc a la sortie est brutal.

Nous y retournerons car on est loin d’avoir tout vu !

on fait un petit tour ?

Photo : Carrières souterraines – Forts | Urbex, Quarrex