Alès Charbon

Alès

Ce petit coin de France ou les gens roulent très mal, est oublié des mémoires, mis à part Les fous chantants, il ne se passe plus beaucoup de choses dans cette ville de 40 OOO habitants.

Il ya quelques décennies elle etait pourtant florissante grace à l’or noir que l’on extrayait de ses collines. Ce passé est loin il n’en reste pourtant pas rien .

A commencer par son Crassier: c’est un terril de déchets d’extraction, principalement des roches stériles comme des schistes mais aussi pas mal de charbon. Le fait qu’il y a ai beaucoup de charbon a provoqué un problème: suite a un incendie proche, le terril s’est mis à se consummer et cela dure depuis 2004, un deuxième crassier, plus alongé, a été littéralement labouré et arrosé pour être éteint, le plus grand lui a été laissé a se consumer car son extinction etait trop compliquée.

De 1985 à 2014 la mine ecole qui avait été ouverte en 1945 afin de former les futurs mineur et boiseurs, avait été reconvertie en Musée: “La Mine temoin”

Malheureusement, en 2014 suite au glissement du crassier situé en partie au dessus, la fermeture de la mine musée a etait decidé, en attente de trouver des financements et une volonté politique afin de revoir toute la securité du musée et le rouvrir. A ce jour ( 2020) le musée est en semi abandon.

Les batiments extérieurs d’accueil sont vides, tout est cadenassé, et les berlines et autre matériels de mine rouillent lentement sous le soleil ecrasant.

Malgré cela la ventilation fonctionne toujours, permetant d’aérer les galeries.

[UPDATE] le musée à rouvert avec ses 700m de galeries ! :

https://www.ales.fr/sortir-bouger/musees/mine-temoin/

Depuis Ales on remarque le Crassier imposant qui fume meme en eté, un chevalement sur le flanc de la coline (qui n’est pas issu de ces houillères mais d’une mine d’asphalte de la region) ainsi qu’une lampe de mineur géante.

Il est possible de se balader autour du cone du crassier mais pas de s’en approcher trop car les risques de brulures graves sont reels.

La majorité de l’extraction de la houille du bassin s’est faite dans les villes alentour, et s’est terminée en 1978 au Puits Ricard, à Grand Combe.

Allons voir ça de plus près :

Photo : Carrières souterraines – Forts | Urbex, Quarrex