Port Maron

Nous n’allons pas au bord de la mer. Nous allons dans une autrefois très vaste (400Ha) carrière de Gypse: Port Maron.

Son dernier exploitant fut SAMC, aujourd’hui Placo .

grey Port Marongrey Port Marongrey Port Marongrey Port Marongrey Port Maron

Cette Carriere souterraine est très dangereuse: le taux d’oxygène partout ailleurs égal à 21 % peux descendre à moins de 10% vers le fond !

En a peine 100m on descends en dessous de 16% seuil ou l’on peux s’évanouir ( puis mourrir carrément) : l’oxygène est en effet remplacé par du CO2.

Si vous connaissez ce lieu n’y allez pas sans au minimum un oxymetre récemment révisé !

En savoir plus : Tchorski – areine de Barchon

Envie d’être en sureté en sous sol : Oxymetre

grey Port Marongrey Port Marongrey Port Marongrey Port Marongrey Port Maron

 

Il existe un immense gisement de gypse au bord de la seine qui fut exploité durant plusieurs siècles au travers d’une douzaine de carrières qui finirent ou par s’effondrer ou par se rejoindre pour former un ensemble de plus de 400Ha de vides !

Malheureusement la cinquantaine de mètres de sables aquifères situes au dessus du gisement ont la fâcheuse tendance a faire s’effondrer les galeries.

De plus la doctrine minière de l’époque conseillait le « foudroyage dirigé » comme dans les mines de charbon…

Les vides restant depuis cette entrée sont assez particuliers, l’ambiance est assez « minière » dans le sens ou on retrouve des galeries parfois basses et carrées et recouvertes de suie de gasoil.

Mais tres vite on tombe sur des hauteurs de plafond fantastiques et des tailles de paroies superbes.

A cet endroit nous expérimentons pour la premiere fois le vertige du manque d’air, et c’est assez angoissant, à moins de 17% d’oxygène, le briquet ne s’allume plus, mais l’acetylene elle reste sans bouger jusque 8% mais la vous serez mort depuis quelque temps. Ce serait dommage.

Bref nous avons étés jusqu’a une zone noyée boueuse mais l’oxymetre ( généreusement prêté par un ami) était vraiment en alerte, nous nous étions très fatigues et malgré deux tentatives le fond est trop gazé a ce moment la pour explorer plus avant.

Nous devrons revenir avec de l’oxygène…

Chez les collègues:

Allez en wagon tout le monde !

On y est retourné pour voir si l’oxygene etait de retour… et bien non.

 

Photo : Carrieres souterraines – Forts SDR | Urbex, Quarrex